VIRIL de David Bobée à La Rose des vents

Pleins phares sur une littérature féminine de combat

Littérature

par PAUL K’ROS
Publié le 7 février 2020 à 15:20

Le public, jeune en majorité, s’aventure dans la grande salle de la Rose des Vents plonge dans une atmosphère de demi-brume. Une fois installés sur les gradins, comme ouatés dans cet environnement d’entre chien et loup, les unes et les autres s’efforcent de percer le mystère de la scène le temps d’une attente suffisamment longue pour accoutumer la vue et aiguiser la curiosité.

On devine l’arrivée un peu fantomatique des trois m

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Bande dessinée Héros de papier et souvenirs en forme de bulles

Pour tous les bédéphiles qui n’ont pas pu se rendre à Toulon et visiter l’exposition, son catalogue vient à point nommé pour qu’ils puissent appréhender l’évolution des relations, mieux, des accointances entre le 9ème art et la modernité. Ce terme, souvent claironné à longueur d’ondes et de colonnes, (...)

Mort de Claire Bretécher Agrippine mortellement frustrée

C’était un bonhomme marchant tête courbée, franchissant les vignettes de la page du Nouvel Obs, dans les années 70. Il ruminait sa solitude et sa frustration. « Voilà ce que j’aurais dû lui dire », se répète-t-il. « Ah oui, on aurait bien rigolé. Ah ! Ah ! Ah ! » Et puis quelques vignettes plus bas : « (...)

Papa de Régis Jauffret Vestiaire de l’enfance

Soif de père, rêve de père... Si loin et devenu si proche. En 2018, Régis Jauffret regarde à la télévision un documentaire sur la police de Vichy. Brutalement, quelques images le bouleversent, il voit son père sortir menotté entre deux membres de la Gestapo de la maison où il a vécu enfant à Marseille (...)

Festival C’est-à-dire... et à entendre

Qu’ils soient pulsés, déclamés, swingués ou rappés les textes seront à l’honneur trois jours durant à La Rose des Vents lors de la première édition d’un festival, fort bien nommé DIRE, invitant à explorer la puissance des mots dits, capables tout aussi bien de (...)

A la Une :

Lire aussi :