Cathédrale par Cardon

Une vie en dessins

Publié le 24 décembre 2020 à 11:43

Témoignage d’une vie transcendée par l’imaginaire, ce livre monument convertit l’architecture en géométrie poétique.

Né au Havre en 1936, Cardon fut d’abord ouvrier à l’Arsenal de Lorient dès l’âge de 15 ans et, effectuant son service militaire à Toulon, il fréquente l’école des Beaux-Arts, s’intéresse à la lithographie et à la gravure. Arrivant à Paris, il rencontre la bande qui crée Hara-Kiri (Wolinski, Cabu, Topor, Cavanna), publie des dessins (Bizarre, Siné Massacre, l’Humanité) et de 1970 à 1979 des BD (Charlie Hebdo, L’Écho des Savanes), d’autres, politiques (Politique Hebdo, l’Humanité Dimanche). Depuis 1974, il est fidèle au Canard Enchaîné.

Reflets dans un œil d’homme

Cardon fut marqué par une image d’enfance, c

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

L’Art de mentir. Adolf Hitler & Compagnie Leurre de vérité

Retrouvailles avec un clairvoyant anti-« fake news », aide-mémoire et guide pour les temps présents.
« Radio Paris ment. Radio Paris est allemand » : l’humoriste Pierre Dac, speaker de l’émission Les Français parlent aux Français à Radio Londres, raille allègrement, sur l’air de la cucaracha, (...)

Coronavirus Soutenez les personnels de santé

Pour faire face à cette épidémie sans précédent, les personnels soignants, déjà éprouvés par des conditions de travail difficiles et des moyens insuffisants, sont en première ligne pour nous soigner et nous protéger. Ce sont aussi les premiers à être infectés par la maladie.
Afin de les remercier et leur (...)

Mort de Claire Bretécher Agrippine mortellement frustrée

C’était un bonhomme marchant tête courbée, franchissant les vignettes de la page du Nouvel Obs, dans les années 70. Il ruminait sa solitude et sa frustration. « Voilà ce que j’aurais dû lui dire », se répète-t-il. « Ah oui, on aurait bien rigolé. Ah ! Ah ! Ah ! » Et puis quelques vignettes plus bas : « (...)

Lire aussi :