EMANUEL PROWELLER, Au bois de Vincennes, 1971, Huile sur toile 130 x 89 cm, Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris © André Morin
Le Vif du sujet d’Emanuel Proweller. Exposition et catalogue

Actes de renaissance

par ALPHONSE CUGIER
Publié le 10 septembre 2021 à 12:43

Né en Pologne en 1918, rescapé de la Shoah (toute sa famille a péri), il arrive à Paris en 1948 pour devenir peintre et s’extraire du « chaos tragique du passé ». Sur une huile sur toile de 1957, un tournesol épanoui, lumineux a poussé dans l’ombre portée d’une potence, rappel des années d’occupation et des camps de concentration. La toile porte en titre Le pendu ou Souvenir de l’occupant. Initialement, elle s’appelait Un éternel renouveau. Titre programmateur pour cet artiste qui voulait rompre avec les dérives formalistes de l’abstraction g

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous