Les chroniques de JPM à La Chope

Rencontre avec Maniasuki, peintre

Publié le 7 mai 2021 à 15:13

Mania vient de me quitter. Seul dans La Chope, ne reste d’elle que sa tasse d’Irish coffee sur le comptoir. J’ai pourtant la sensation d’avoir rencontré dix artistes. Mania est plusieurs. Mania, c’est du bagout, une vie mouvementée, de la passion. Mania est l’art et la culture sans frontières, où tout s’entremêle, où tout fait poésie et sens. Difficile de faire un portrait sans se perdre dans le baroque d’une vie riche. Voilà ce que je me dis en relisant mes notes.
« Mes grand-parents étaient polonais. Un grand-père cocher à Cracovie, croisant une très jeune fille qu’il veut épouser. Difficile sans argent. Il part en France, y devient mineur, et revient un an plus tard, comme promis, pour se marier. Retour en France, mine de Courrières et mort prématurée par la silicose.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous