René Moreu

Un vaillant résistant n’est plus

Publié le 22 mai 2020 à 19:41 | Mise à jour le 6 juin 2020

René Moreu n’aurait de toute façon pas vu le Tour de France cette année. Cet illustrateur génial qui mit longtemps en page Miroir du cyclisme nous a quittés. Mais quand même, ce ne sera pas pareil sans lui.

Ancien résistant, peintre et illustrateur, ce fils de cafetier est né à Nice. Très tôt, il devint apprenti au Petit Marseillais. Ces années d’imprimerie forgent son amour du plomb, des lettres et ses premières armes de militant. En 1940, il préfère le maquis aux chantiers de jeunesse. Et se plonge dans la presse clandestine, avec Le Jeune Patriote. Paris libéré, il retourne à ses premières amours et rejoint La Marseillaise. Le Parti communiste lui confia la destinée de Vaillant, le grand ancêtre de Pif Gadget, dont la jeune équipe, tout jus

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Little Nemo de Frank Pé Ouvrir les paupières du rêve

En 1905, Winsor McCay créait pour le New York Herald un petit garçon nommé Little Nemo qui chaque nuit vivait des aventures, les unes merveilleuses, d’autres quelque peu angoissantes. C’est la fille du roi Morphée qui l’invitait au Pays des Songes d’où le tirait un réveil brutal. Le dessinateur fit (...)

Spécial Transports Le vélo, une philosophie de vie

Le « scarabée bousier » face au « papillon », c’est comme ça que Didier Tronchet imagine automobilistes et cyclistes sur la route. Le dessinateur de 61 ans revient avec son fameux Petit Traité de vélosophie. Une nouvelle édition sous forme de BD, dans laquelle il relate ses amis, ses amours et ses (...)

Edito par Simon Agnoletti Éloge de la sincérité

Comment faire confiance ? À l’heure où la défiance envers les politiques n’a jamais été aussi grande, c’est un vrai défi pour tous ceux qui souhaitent remporter une élection ou une bataille politique. Cette question se pose aussi en ce mois de septembre dans un autre domaine : le (...)

quotidien La Marseillaise en quête d’un repreneur

La crise sanitaire et de la distribution (la liquidation de Presstalis) ont durement touché le quotidien La Marseillaise (55 salariés). L’arrêt des ventes en kiosque, de la publicité et des annonces légales a détruit sa trésorerie. Le quotidien a été placé en liquidation judiciaire le 13 juillet avec (...)

Lire aussi :