© Marc Dubois
L'inquiétude des salariés de Flandres (TotalEnergies), à Dunkerque

« Pas d’EPR sur les cendres de nos emplois ! »

par Philippe Allienne
Publié le 16 septembre 2022 à 14:53

L’annonce par Emmanuel Macron de la construction de deux réacteurs nucléaires de troisième génération (EPR) dans le Dunkerquois suscite l’inquiétude des salariés de TotalEnergies. Ils y voient une menace pour la pérennité de leur activité.

« Les EPR ne peuvent se construire sur les cendres d’emplois détruits  ». Invité à s’exprimer lors de la journée à la mer des communistes du Nord, à Malo le 25 août, Benjamin Tange posait ainsi la question de l’implantation d’un EPR dans le Dunkerquois. Le délégué syndical central UES Raffinage Pétrochimie précisait que l’inquiétude des salariés portait sur le choix du lieu de construction du réacteur : en bordure des Appontements pétroliers des Flandres (APF). Si tel était le cas, déplore la CGT, cela pourrait être fatal aux activités e

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous