Alan Bernigaud

Valdunes : Les salariés obtiennent un sursis pour l’entreprise, mais pas de nationalisation

par Alan Bernigaud
Publié le 9 juin 2023 à 15:48

La visite du ministre de l’Industrie Roland Lescure à Trith-Saint-Léger le 2 juin n’a pas convaincu les ouvriers de Valdunes. “Nous ne sommes toujours pas satisfaits. On attend que l’État investisse, mais le gouvernement préfère patienter. Sauf que l’urgence est maintenant”, souligne Maxime Savaux, délégué CGT du site. Seule avancée de l’affaire, l’actionnaire MA Steel a accepté de prolonger l’activité de l’entreprise jusqu’en novembre.

«  Il faut éviter la fuite du savoir-faire, on a des démissions en cascade il faut donc prendre des décisions pour assurer notre avenir », responsable CGT de la forge de Leffrinckoucke, Philippe Lihouck s’inquiète. Il retient de cette journée que « l’État mise sur un système de repreneur classique qui a pourtant déjà montré à maintes reprises son manque d’efficacité. Le gouvernement parle de souveraineté des productions et de réindustrialisation, avec Valdunes il a l’occasion de prouver cela.  » Une demande d’entrée étatique dans le capital de l’entreprise que refuse pour l’heure le ministre de l’Industrie qui a déclaré : « Je ne souhaite pas qu’on nationalise des roues de trains. Les poches à perfusion ne sont pas ma vision de l’économie.  » Lui préfère voir le positif de ces rencontres. « La première étape de ce sauvetage était d’assurer la continuité de l’activité. On a réglé cela puisqu’on a obtenu de l’actionnaire chinois que Valdunes puisse opérer jusqu’au moins fin novembre avec un maintien de la trésorerie et l’assurance que les matières premières seront acheminées. Ce temps gagné va permettre de passer à la seconde étape, c’est-à-dire la recherche d’un repreneur », a poursuivi Roland Lescure, sous la pression des salariés soutenus par la gauche et une opinion publique favorable à la sauvegarde de cet outil industriel.

Une pression très modérée sur les éventuels repreneurs français

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous