© Jacques Kmieciak
Douvrin

La fin programmée de Stellantis

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 14 juillet 2022 à 17:32

L’usine Stellantis (ex-Française de mécanique) est-elle condamnée à terme ? La CGT le redoute. Elle appelle les salariés à se mobiliser dès la rentrée « pour contrer la propagande du patronat et des syndicats réformistes et empêcher la fermeture de l’usine ».

La production sur le site de Douvrin d’un moteur de troisième génération (EB 3 Gén) susceptible d’équiper des véhicules hybrides n’est plus à l’ordre du jour. La direction l’a annoncé lors d’un récent comité social et économique. L’avenir paraît donc bien incertain pour cette entreprise fondée en 1969 par Renault et Peugeot, dans le cadre de la reconversion du Bassin minier. Elle a employé jusqu’à 5 000 salariés. Ils ne sont plus que 1 400 aujourd’hui (dont 20

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous