© Ph A
Précarité

Des travailleurs sans papiers sur le chantier des JO

Publié le 6 mai 2022 à 11:05 Mise à jour le 5 mai 2022

Douze salariés sans papiers, qui travaillaient sur le chantier du futur village olympique, se sont rapprochés de la CGT pour faire valoir leurs droits. Selon le syndicat, ils étaient employés, déclarés ou non, par des sociétés sous-traitantes de l’entreprise GCC. Il explique que, malgré la complexité de l’habillage, le fond de cette affaire reste habituellement banal dans le BTP. Des entrepreneurs peu scrupuleux utilisent la précarité de travailleurs pour les surexplo

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous