Droits réservés

L’Union européenne renouvelle son soutien majeur au réseau fluvial à grand gabarit Seine-Escaut

Publié le 26 juillet 2022 à 14:52

En ouverture des Journées de la connexion à l’Europe (Connecting Europe Days) à Lyon le 29 juin, la Commission européenne a annoncé l’attribution d’une nouvelle dotation de 276 millions d’euros au réseau fluvial Seine- Escaut, au titre du 1er appel à projets du Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIE) pour la période 2021-2027, dans la poursuite des deux premières subventions accordées au titre des périodes 2007-2013 (176 M€) et 2014-2020 (539 M€). Issu d’une coopération franco-belge inédite et créée en mars 2010 pour coordonner la mise en œuvre du réseau, le Groupement Européen d’Intérêt Economique (GEIE) Seine-Escaut [1], réuni autour de sa gérante Marie-Céline Masson, directrice territoriale Nord-Pas de Calais de Voies Navigables de France (VNF), remercie la Commission européenne pour son soutien exceptionnel renouvelée. Il s’agit d’un très puissant signal en faveur d’un investissement d’avenir (10,5 milliards d’euros au total engagés par les partenaires) pour la mobilité des biens et des personnes, le développement économique et la transition écologique des territoires. Conformément à la décision d’exécution adoptée le 27 juin 2019 par la Commission européenne, Seine-Escaut est progressivement mis en œuvre d’ici à 2030, grâce à la modernisation et la régénération de canaux existants et à la construction d’une nouvelle liaison fluviale de 107 km - le Canal Seine-Nord Europe (CSNE) – entre les bassins de la Seine et de l’Escaut. Cette 3ème subvention européenne permettra notamment de financer :

  • La fin des travaux sur les écluses (Méricourt) et barrages (Beaulieu, Suresnes, Port-Mort, Poses) du bassin de la Seine.
  • Les études de doublement des écluses de Fontinettes et des travaux de réouverture du canal de Condé-Pommeroeul et des dragages sur la Lys mitoyenne dans le Nord Pas de Calais.
  • La réalisation des travaux de mise au gabarit des canaux de Nimy-Blaton- Péronnes et de la Sambre à Franière, en Wallonie.
  • La poursuite des travaux de recalibrage de la Lys et la construction de ponts et quais en Flandres.

De nouveaux dossiers seront proposés par le GEIE à la Commission européenne, lors des futurs appels à projets MIE 2022 et 2023, afin d’accompagner la mise en œuvre du projet Seine-Escaut, sur la période de programmation 2021-2027. Avec 1 100 km de voies navigables à grand gabarit, Seine-Escaut constituera le 1er réseau européen de transport fluvial, adapté au passage de bateaux transportant jusqu’à 4 400 tonnes de marchandises (soit l’équivalent de 220 camions) sur un territoire de 40 millions d’habitants entre la France, la Belgique et les Pays-Bas. Il garantira une nouvelle offre de transport multimodale, performante et durable, en reliant 5 ports maritimes, 60 ports intérieurs, 90 ports de plaisance et 360 communes implantées à proximité de la voie d’eau. Il sera générateur de plus de 175 000 emplois pendant et après le chantier. Ce projet offre une solution de report modal vers le fleuve propice à la réalisation des objectifs de décarbonation des transports fixés par le Pacte vert européen.

Notes :

[1Le GEIE Seine-Escaut regroupe les 4 opérateurs du projet, acteurs de la voie d’eau en France et Belgique : Voies navigables de France, Société du Canal Seine- Nord Europe, Service public de Wallonie, De Vlaamse Waterweg nv

par Justine Frémy