Cathy Apourceau-Poly

« La fermeture de Bridgestone a été préméditée avec la complicité de ceux qui ont organisé la concurrence européenne »

Publié le 25 septembre 2020 à 13:21 | Mise à jour le 29 septembre 2020

Élisabeth Borne, ministre du Travail, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, se sont rendues à Béthune mardi 22 septembre pour rencontrer les syndicats et les élus et pour discuter, avec la direction européenne de Bridgestone, des scénarios alternatifs possibles pour le site du Pas-de-Calais. Très au fait du dossier qu’elle suit depuis longtemps, la sénatrice communiste Cathy Apourceau-Poly nous confie ses impressions.

Que retirez-vous de la visite des deux ministres à Béthune ?

Venir était sans doute le minimum qu’elles pouvaient faire. Cela étant, le fait qu’elles se soient déplacées toutes le deux est en soi révélateur. On voit bien que c’est la ministre du Travail qui est à la manœuvre. Cela me donne le sentiment que l’on se dirige davantage vers un PSE amélioré que vers une solution industrielle.

Le point culminant de cette visite était la visio-conférence avec la direction européenne. Que faut-il en penser ?

Le PDG nous a expliqué dans quelles circonstances Bridgestone a décidé la fermeture du site de Béthune. Il assure que cela

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Dimanche 4 octobre Une marche silencieuse pour Bridgestone

Environ 1 500 personnes, salariés de Bridgestone, leurs familles, habitants et élus ont marché dans un silence impressionnant ce dimanche matin 4 octobre de l’usine de pneus à la mairie de Béthune. Nombreuses et nombreux qui veulent encore croire en un avenir (reprise ou reconversion) pour (...)

Lire aussi :