Bridgestone

Le maintien de la production de pneus à Béthune est possible

par Philippe Allienne
Publié le 20 novembre 2020 à 11:25

Les 863 salariés de l’usine de pneumatiques s’y attendaient. Il n’empêche, la douche froide est toujours désagréable. Depuis l’annonce officielle de la fermeture définitive de Bridgestone Béthune, le 12 novembre, plusieurs solutions de reprise semblent s’esquisser.

Réagissant à l’annonce de la fermeture de l’usine béthunoise, le président de Région, Xavier Bertrand dénonce les 120 millions d’euros prévus pour permettre aux salariés de rebondir et de retrouver des emplois sur le site. Pour lui, cette enveloppe est « dérisoire » et il faut la négocier à la hausse en s’appuyant sur l’exemple de Michelin lorsque le cas s’était présenté pour lui. Négocier cette enveloppe permettrait aux salariés « de se former, d’entamer une nouvelle vie professionnelle », dit-il. Et d’insister : « Je veux que, quand un ancien salarié de Bridgestone sera recruté par un employeur, Bridgestone paie une partie du salaire et des charges de départ. »

Vraie opportunité contre mirages

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous