Bridgestone

Le maintien de la production de pneus à Béthune est possible

Publié le 20 novembre 2020 à 11:25

Les 863 salariés de l’usine de pneumatiques s’y attendaient. Il n’empêche, la douche froide est toujours désagréable. Depuis l’annonce officielle de la fermeture définitive de Bridgestone Béthune, le 12 novembre, plusieurs solutions de reprise semblent s’esquisser.

Réagissant à l’annonce de la fermeture de l’usine béthunoise, le président de Région, Xavier Bertrand dénonce les 120 millions d’euros prévus pour permettre aux salariés de rebondir et de retrouver des emplois sur le site. Pour lui, cette enveloppe est « dérisoire » et il faut la négocier à la hausse en s’appuyant sur l’exemple de Michelin lorsque le cas s’était présenté pour lui. Négocier cette enveloppe permettrait aux salariés « de se former, d’entamer une nouvelle vie professionnelle », dit-il. Et d’insister : « Je veux que, quand un ancien salarié de Bridgestone sera recruté par un employeur, Bridgestone paie une partie du salaire et des charges de départ. »

Vraie opportunité contre mirages

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Carambar Le déménagement qui ne passe pas

En fait de simple déménagement, les 114 salariés de l’usine Carambar&Co, à Marcq- en-Barœul, font les frais d’un PSE. Ils ne s’en laissent pas conter.
Vendredi 20 et lundi 23 novembre, l’usine Carambar&Co de Marcq- en-Baroeul était en grève à 100 %. Les salariés avaient appris, le 12 (...)

PCF Il faut sortir Vallourec des griffes de la finance

Le député du Nord, Fabien Roussel, a réagi dans un communiqué sur le plan, de suppressions d’emplois annoncé chez Vallourec et les conséquences pour les sites des Hauts-de-France.
« Encore un coup de massue pour les salariés de Vallourec et pour notre industrie ! Le fabricant français de tubes (...)

Le Talon de Fer Complots

L’extrême droite était au pouvoir aux USA depuis quatre ans. À travers le personnage de Trump, elle est allée jusqu’au bout de sa logique et le bout de sa logique, c’est le déni psychotique et le complotisme.
Il y a quelque chose de fascinant dans la manière dont il s’accroche au pouvoir. Il (...)

Reconfinement Les libraires entre incompréhension et agacement

Comme lors du premier confinement, les librairies ne peuvent plus recevoir la clientèle en boutique. Une situation que vit très mal l’ensemble de la profession. La déconsidération du livre comme « produit essentiel » étonne. D’autant que les pertes de chiffre d’affaires à l’approche des fêtes de fin (...)

Lire aussi :