Vaccin

Sanofi : Un discret parfum de scandale

Publié le 19 février 2021 à 17:08

Un vaccin dont la mise au point prend des mois de retard, une augmentation des dividendes hallucinante, des suppressions de postes dans la recherche. En pleine pandémie, et à part ses actionnaires, Sanofi ne se fait pas beaucoup d’amis.

Un vaccin mis au point par le laboratoire Pfizer qui est lancé dans les délais et qui semble répondre aux attentes (mais qui recèle des contraintes, notamment en termes de température), un vaccin mis au point par l’anglo-suédois AstraZeneca, moins contraignant, mais qui passe pour un produit de seconde zone, et enfin un vaccin attendu mais qui arrivera en retard, celui du français Sanofi. Avec de nombreuses questions liées à sa stratégie financière et à sa politique sociale.
Pour

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Simon Agnoletti L’écran de fumée permanent du gouvernement

Frédérique Vidal a passé une semaine compliquée. Prise au milieu de la tourmente sur l’islamo-gauchisme, elle tente de sortir de cette mauvaise passe en annonçant la gratuité des protections périodiques pour les étudiantes à la rentrée 2021. Financement ? Organisation ? Durée de l’opération ? Les (...)

A la Une :

Défusion ? Du divorce dans l’air à Bruay-La-Buissière

L’élection, cet été, à la tête de Bruay-La-Buissière de Ludovic Pajot (Rassemblement national) a tendu les relations entre Bruay et la commune associée de Labuissière au point qu’un nombre croissant de Labuissiérois envisagerait volontiers une défusion. Le mariage avait été célébré en 1987, du temps où (...)

Lire aussi :