Nyrstar à l’arrêt à partir du 2 janvier en raison du prix de l’électricité

Publié le 30 décembre 2021

Cette raffinerie de zinc située à Auby, dans le Nord, a décidé de renvoyer temporairement ses 280 salariés à la maison en raison du prix de l’énergie qui ne lui permettrait plus d’être rentable. Alors que sa facture d’énergie a été multipliée par dix par rapport à son coût habituel, l’entreprise a décidé de fermer l’entreprise à compter du 2 janvier 2022 et d’attendre le mois de mars pour (éventuellement) reprendre la production, espérant que la fin de l’hiver permette de faire baisser les prix sur le marché. Si la direction a annoncé le maintien des salaires pendant ces deux mois, cette décision, une première, inquiète tout de même les syndicats, qui craignent une extension de cette fermeture, voire des questionnements autour de la rentabilité du site. Sans compter le risque de voir ce type de mesures se multiplier dans le reste de l’industrie régionale, confrontée aux mêmes difficultés. La CGT réclame donc l’extension du dispositif d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique, qui permet aux entreprises de disposer d’un prix régulé.

Ces articles peuvent vous interesser :

Fraude fiscale La Banque UBS condamnée en appel

La Cour d’appel de Paris vient de confirmer la condamnation en appel de la banque suisse UBS. Celle-ci était soupçonnée d’avoir organisé un système d’aide à l’évasion fiscale. Elle va devoir verser 1,8 milliard d’euros.
Dans un communiqué, le sénateur communiste Éric Bocquet et co-auteur du livre (...)

À France Loisirs, saignée dans les effectifs

La sentence est tombée. Implacable. Le tribunal de commerce de Paris a autorisé, ce lundi, la reprise à compter du 21 décembre par la Financière trésor du patrimoine d’Actissia services (France Loisirs) avec à la clé la suppression de 620 emplois en France ! Seuls 128 postes seront sauvegardés dont 91 (...)

A la Une :

Lens Profs, parents et lycéens main dans la main

Près d’une semaine après la grande mobilisation des enseignants et à la veille d’un second appel à la grève, des professeurs, lycéens et parents d’élèves se sont rassemblés devant la sous-préfecture de Lens ce mercredi 19 janvier. Une délégation a été reçue en début d’après-midi par le (...)

Lire aussi :