Raffineries. Plus une goutte ne sort

Publié le 10 janvier 2020

Aucun camion, ni bidon, ni jerrycan ne peut sortir des raffineries et des dépôts jusqu’au 10 janvier. C’est le résultat du vote des salariés des sites concernés. La grève est soutenue par la majorité du personnel. Les salariés du pétrole et de la chimie ne veulent pas non plus voir leur retraite s’envoler. Un certain nombre de postes d’essence n’avaient plus une goutte de carburant hier mais sans qu’un réel facteur de pénurie soit réellement atteint. Il s’agit surtout d’une surconsommation des automobilistes, inquiets de la durée du blocage et craignant la panne sèche. Une attitude qui peut au contraire accélérer le processus. Les installations ne sont pas encore à l’arrêt. Une donnée qui pourrait changer à partir de vendredi, suivant la mobilisation.

Ces articles peuvent vous interesser :

CARGILL Le combat des Cargill part sur le terrain judiciaire

Depuis l’annonce, le 21 novembre, du projet de restructuration de l’entreprise Cargill, à Haubourdin, et la suppression de 183 postes, les salariés ne baissent pas la garde. Les élus du Comité social et économique (CSE, à majorité CGT) ont décidé de faire appel à un cabinet d’expertise et à l’avocat (...)

CARGILL L’expert et l’avocat

Plus que sur le terrain des luttes, de toute façon indispensable, c’est dans les bureaux et les prétoires que les salariés de Cargill entendent porter leur combat.

Le cabinet Progexa (Paris) connaît bien la SAS Cargill Haubourdin pour être déjà intervenu dans le PSE précédent. Jean-Vincent (...)

CARGILL Quatre générations à l’usine

D’abord le grand-père, puis ses oncles et son père, maintenant deux de ses fils. Pour Jean-Luc Bultez, la cinquantaine, l’usine Cargill d’Haubourdin c’est aussi une histoire de famille. Il y est entré à son retour de l’armée. Après Lever, où il fait ses stages pendant sa formation, il fait un peu (...)

A la Une :

Lire aussi :