SKF veut supprimer 30 postes en CDI à Rouvignies

Publié le 16 octobre 2020

Cette fois encore, c’est la Covid-19 qui est invoquée pour justifier les réductions de postes chez SKF, groupe suédois spécialisé dans la fabrication de roulements à billes pour l’aéronautique. Après la suppression, dans un premier temps, de 100 contrats d’intérim - ils ne sont plus aujourd’hui que 34 -, la direction souhaite maintenant se séparer de 30 postes en CDI sur un total de 587. Certes, le carnet de commandes a chuté avec la baisse du trafic aérien, passant de 100 à 70 millions d’euros. Mais l’intersyndicale (CGT, CFE-CGC, FO, CFDT) s’inquiète d’une mesure opportuniste pour licencier dans une entreprise qui « n’a jamais été déficitaire » et alors que les salariés sont « déjà en sous-effectif  ». « La direction ne veut pas de plan social, ils veulent dégraisser sans faire trop de bruit » ont affirmé les représentants de l’intersyndicale à nos confrères de La Voix du Nord en fin de semaine dernière. Selon les réponses apportées par la direction à leurs craintes lors d’un CSE extraordinaire le 14 octobre, l’intersyndicale déclenchera un droit d’alerte.

Ces articles peuvent vous interesser :

Pérenchies Les salariés de Demeyere au chômage partiel

À la surprise générale, les salariés de l’entreprise Demeyere ont été mis au chômage partiel cette semaine. Pourtant, rien ne laissait présager un tel scénario pour le fabricant de meubles nordiste qui venait tout juste d’obtenir un prêt garanti par l’État - à hauteur de 30 millions d’euros - (...)

A la Une :

Lire aussi :