Après le confinement

Les difficultés s’accumulent dans le secteur industriel

par Philippe Allienne
Publié le 12 juin 2020 à 11:10

Le déconfinement, qui entre dans sa troisième phase, s’accompagne immanquablement de la reprise du mouvement social. Dans tous les domaines et tous les secteurs, le besoin d’expression et de revendication est énorme. L’appel à la mobilisation lancé par les professionnels de la santé de l’hôpital public, mardi 16 juin, est d’ores et déjà entendu par toutes le autres professions pour dire non à la casse sociale et au « retour à l’anormal ». Le tout sur fond d’annonce par le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire de 800 000 suppressions d’emplois en France dans les prochains mois, soit 2,8 % de l’emploi total. « Un choc considérable » commente-t-il.

« Nous appelons à la mobilisation du 16 juin pour soutenir l’hôpital public et les professionnels de la santé. Mais l’Union départementale de la CGT appelle aussi à une mobilisation inter- professionnelle. Pour notre part, les métallos seront mardi matin à Valenciennes et dans l’après-midi à Lille. Outre la santé, il s’agit de défendre plus généralement les emplois, les conditions de travail, les salaires, etc. »S’exprimant lors d’une conférence de presse à Valenciennes, ce 10 juin, le responsable régional de la métallurgie CGT Nord-Pas-de- Calais, Ludovic Bouvier, va dans le sens des hospitaliers. Dans un tract appelant à cette journée, l’USD CGT Santé/Action sociale écrit elle-même que « la mobilisation des salariés est non seulement le seul rempart aux reculs sociaux mais aussi et surtout le seul moyen de changer la société en profondeur et durablement ».

Mouvements de grève

À l’image de celui de l’industrie française et de ses sous-traitants, touchés de plein fouet par la crise économique, le tableau dressé par le syndicat de la métallurgie fait froid dans le dos. Premier du groupe automobile PSA à reprendre ses activités après le confinement, Sevelnord (Hordain) a redémarré complètement le 11 mai (après une première étape le 5 mai avec 162 volontaires). Comme tous les constructeurs, PSA prévient que le retour à la no

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous