Ehpad : le risque du syndrome de glissement

Publié le 11 septembre 2020 à 13:04

« La gériatrie n’est pas reconnue comme une spécialité à part entière ». S’il admet que ce n’est pas le discours officiel, au moins est-ce son sentiment. Antoine Estager est infirmier en Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), un établissement rattaché à l’hôpital public de Seclin. Pour expliquer son désarroi : « Nous avons beaucoup de mal à obtenir du matériel neuf. Il nous a fallu négocier durant deux ans pour obtenir deux tensiomètres électriques ! » Ce n’est pas anecdotique. Prendre régulièrement la tension des personnes âgées est indispensable. Avec deux infirmiers en service et un seul tensiomètre pour une centaine de résidents,

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Le Talon de Fer Macron : l’hypocrisie sanitaire

La politique sanitaire actuelle n’est pas aussi incohérente qu’elle en a l’air. Les avis contradictoires des scientifiques complaisamment étalés dans les médias, les files devant les labos pour se faire tester, les résultats qui prennent des jours, l’absence de contrôle dans les autoconfinements, tout (...)

Edito par Simon Agnoletti Déjà vu

Mercredi, 19h30, Olivier Véran se retrouve derrière le pupitre. Soudain une impression de déjà vu nous envahit. Comme le sentiment d’avoir déjà vécu cette scène, comme quand Néo dans Matrix voit passer deux fois le chat dans une cage d’escalier ou quand, éveillé, vous avez l’impression d’avoir (...)

Lire aussi :