Pollution

CRIT’AIR M’A TUER

Émissions de particules

par FRANCK MARSAL
Publié le 27 décembre 2019 à 11:48

Le réchauffement climatique et la pollution de l’air se combinent et provoquent des vagues de chaleur et de pollution meurtrières dans nos villes. Lille est particulièrement touchée. En 2018, la ville a compté plus de 60 jours de pic de pollution aux particules fines, alors que l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de ne pas dépasser 3 jours par an. Face à cet enjeu majeur, les restrictions de circulation en fonction de la vignette « crit’air » constituent cependant une fausse solution.

Les pollutions sont de natures diverses : particules fines, oxydes d’azote, oxydes de soufre, benzène. Sans oublier les émissions de CO2, qui n’est pas toxique en soi, mais dont l’accumulation dans l’atmosphère est la principale cause du réchauffement climatique, ainsi que la pollution à l’ozone dite secondaire. Cette dernière est issue de la transformation des émissions d’oxyde d’azote des véhicules en ozone, sous l’effet du rayonnement solaire, et provoque de nombreux

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Retour sur 2019 L’actu politique et sociale dans le rétro

Cette rétrospective ne saurait bien-sûr être exhaustive. Nous avons essayé de nous arrêter sur quelques épisodes marquants de l’année dans notre région. Une année marquée par une attaque sans précédents contre nos services publics et nos droits sociaux. Une année aussi qui se termine endeuillée avec la (...)

A la Une :

Lire aussi :