Au bout des dunes

Le terminal méthanier, désormais incontournable fournisseur énergétique

Énergie

par Franck Jakubek
Publié le 27 décembre 2019 à 12:58

Construit sur le site du Clipon, le terminal méthanier de Dunkerque est désormais sous le contrôle du groupe belge Fluxys qui détient 61 % du capital, EDF ayant souhaité céder ses parts. Pour compenser les dégâts liés à la disparition du site naturel, 4,5 millions d’euros ont été consacrés par les investisseurs, notamment pour la Maison de la Nature et une piscine biologique à Loon-Plage. Le terminal s’étend sur 56 hectares. Il est en service depuis juin 2016 et il a accueil

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Encore un virus ?

Samedi et dimanche, entre Dunkerque et Abbeville, le vent a poussé des pointes jusqu’à 100 km/heure. Du coup à Calais, le Dragon est resté à la niche.

Si au moins, il pouvait nous protéger du virus Samedi et dimanche, entre Dunkerque et Abbeville, le vent a (...)

Dunkerque. Une famille nigériane en danger

Plusieurs associations dont la LDH, le Mrap, le Groupe non-violent Louis Lecoin Dunkerque, le PCF (section Dunkerque), etc. appellent à la mobilisation pour une famille nigériane : « Une femme, mère de trois enfants, venant du Nigéria pour fuir les violences dans son pays a pris les chemins de (...)

Mobilisation sociale La bataille des idées gagne du terrain

Si la bataille des chiffres de participation aux manifestations ne veut plus dire grand chose, après deux mois intenses de mobilisation, la bataille des idées présente plutôt tous les signes d’une victoire. Les cortèges de ce jeudi 6 février l’ont encore démontré, même si, comme à Lille, le préfet (...)

Bonne année 2050

Agnès tenait la carte postale entre ses mains et elle essaya de ne pas pleurer en reconnaissant l’écriture encore maladroite de son fils Simon qui venait d’avoir sept ans. Il était en classe verte dans l’archipel des Flandres : il visitait avec son CE1 les îles du Mont Noir, du Mont Kemmel, du Mont (...)

A la Une :

Lire aussi :