Les Polonais de France à la Libération

Histoire d’une intégration

Publié le 22 mai 2020 à 10:37

Dans un ouvrage d’excellente facture directement inspiré de sa thèse de doctorat, l’historien polonais Pawel Sekowski nous plonge au cœur de la communauté polonaise de France de l’immédiate après-Seconde Guerre mondiale. Invités à participer à la reconstruction d’une Pologne exsangue, la majorité de ces immigrés pourtant attachés à leur patrie, font le choix d’une installation sur le sol français. À travers l’analyse des ressorts d’un processus d’intégration qui s’avère irréversible, il comble aussi un vide historiographique.

Pawel Sekowski était soucieux d’aborder cette période (1944-1949) qualifiée de « charnière » de façon exhaustive en « la traitant dans l’ensemble de ses dimensions tant sociale que politique et culturelle », précise-t-il. Lorsqu’il entame sa thèse de doctorat à la Sorbonne, son ambition est de poursuivre l’œuvre de Janine Ponty, « la » spécialiste de l’immigration polonaise en France, auteure d’un ouvrage qui continue de faire autorité pour l’entre-deux-guerres [1]. Sur la foi d’archives françaises, polonaises et britanniques, Pawel Sekowski s’interroge sur les facteurs

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Polonais méconnus : Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, par Janine Ponty. Publications de la Sorbonne, 1985.

Ces articles peuvent vous interesser :

La campagne de France Le Nord envahi

Depuis septembre 1939, la « drôle de guerre » est faite d’escarmouches, de reconnaissances, de coups de main. Des corps francs partent au renseignement, faire des prisonniers ou tester les défenses ennemies. Les avions s’affrontent mais au sol, c’est l’attente. Les Allemands en ont fini avec (...)

Le 27 mai Une double commémoration

En juin 1943, L’Enchaîné, journal clandestin du Parti communiste pour le Nord-Pas-de-Calais, annonçait la création du Conseil national de la Résistance (CNR). Quelques jours plus tard, Jean Moulin (1899-1943), arrêté à Lyon par la Gestapo, était retrouvé assassiné près de Metz. Jean Moulin (...)

Notre-Dame-de-Lorette. Réouverture du Centre d’histoire

Le Centre d’histoire du Mémorial’14-18 Notre-Dame-de-Lorette rouvre ses portes ce vendredi 22 mai à 10 h.Il était fermé depuis le 14 mars. L’Anneau de la mémoire est toujours accessible mais la Nécropole nationale demeure fermée au public. « Avec cette réouverture, lit-on dans un communiqué de l’office de (...)

Cruelle sortie de crise pour la presse

Durant la période de confinement, la presse écrite s’est battue avec beaucoup d’ardeur pour tenir bon.
Pagination parfois réduite, rapprochement d’éditions, redoublement d’attention pour l’information pratique et l’information de proximité, publication de l’attestation de dérogation de sortie à (...)

8 mai « Le verbe Résister se conjugue au présent »

Si les cérémonies de commémoration du 8 mai ont été souvent annulées ou réduites cette année à leur plus simple expression en raison des mesures de confinement, quelques hommages ont cependant pu être rendus.
Beauvais, dans l’Oise, le secrétaire départemental du PCF, Thierry Aury est allé (...)

A la Une :

Déconfinement Comment bien porter un masque ?

Le port du masque est désormais obligatoire dans certains lieux publics, notamment dans les transports, mais aussi dans les magasins, chez le médecin, sur le lieu de travail, etc. Voici comment bien porter un masque pour se protéger et protéger les autres.
Comment porter un masque chirurgical en (...)

Lire aussi :