© Collection privée Yves Le Maner
L’œuvre de Barbusse revisitée par Yves Le Maner

Le Feu passé au crible

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 10 novembre 2021 à 20:22

Ancien directeur de La Coupole, l’historien Yves Le Maner vit aujourd’hui en Bourgogne. Il a mis à profit la période du confinement pour se replonger dans Le Feu, l’ouvrage culte d’Henri Barbusse (1873-1935). Après l’avoir confronté à d’autres sources, il en tire une description de la 3e bataille d’Artois de l’automne 1915. Il dédicacera son ouvrage [1] richement illustré ce samedi au Centre d’Histoire de Souchez [2].

Sorti en 1916, le roman d’Henri Barbusse a étonnement été épargné par la censure militaire et immédiatement couronné par le Prix Goncourt. « Ce livre marque un tournant dans la narration des guerres. Il tranche avec le bourrage de crânes, avec une vision héroïque et falsifiée de la guerre en cours depuis le début du conflit. Avant Barbusse, ce sont les généraux qui racontaient leurs exploits. On ne tenait pas compte de la misère des combattants, de leur souffrance. Encensé en URSS, Barbusse est devenu après-guerre le porte-étendard du pacifisme », précise Yves Le Maner.

Un accueil protéiforme

Si ce roman réaliste est bien accueilli par les poilus, il provoque l’ire des milieux d’extrême droite qui reprochent à son auteur de propager le défaitisme. À tort puisque Barbusse « s’est engagé en 1914 et souhaitait une victoire “juste” contre l’Allemagne qu’il considérait comme responsable du conflit », rappelle-t-il. Plus tard, l’Américain John Norton Cru analysera tous les livres édités s

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Le Feu de Barbusse et les récits de guerre en Artois. Souchez 1915, par Yves Le Maner. Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais. 24 euros.

[2Ce samedi 13 novembre à 16 h au Centre d’Histoire, 102, rue Pasteur à Souchez. Rens. au 03 21 67 66 66.