Chansons politiques et mémoires des rebellions

Le peuple en murmure, actes de renaissance

par ALPHONSE CUGIER
Publié le 22 février 2021 à 10:22

L’intérêt porté aux traditions orales renouvelle l’approche et l’étude des révoltes populaires en Europe et des mémoires sociales qui les accompagnent.

« Nous étions vingt ou trente brigands dans une bande/Tous habillés de blanc à la mode des, vous m’entendez/Tous habillés de blanc à la mode des curés » et Mandrin s’adresse à ses compagnons de misère avant d’être pendu, complainte composée en 1733 et chantée par Yves Montand. La réputation de Mandrin a gagné les siècles suivants (almanachs, feuilles volantes) et a été entretenue par des romans, des films (Le Chanois en 1962), des fêtes commémoratives et des parcours touristiques. Comment faire remonter à la surface d’autres révoltes enfouies dans le tréfonds des mémoires ?
Croquants en Aquitaine (1594 et 1637), Nu-pieds en No

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous