La cokerie, fleuron de l'industrie.
© Mairie de Drocourt
Drocourt

Si la cokerie m’était contée

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 4 novembre 2022 à 12:21 Mise à jour le 2 novembre 2022

Jusqu’au 9 novembre, une exposition nous plonge au cœur de l’histoire de la cokerie qui a cessé son activité, il y a vingt ans. Une façon pour la municipalité communiste de rendre hommage « à ces milliers de travailleurs qui ont contribué à la prospérité du pays, en y laissant parfois leur santé et même leur vie  », assure le maire, Bernard Czerwinski.

« La cokerie, c’est la grande oubliée de la casse industrielle. Elle était pourtant connue dans l’Europe entière. C’était notre fierté », indique Bernard Czerwinski. Membre-fondateur de l’Association des anciens cokiers de la cokerie (AACC), Patrick Canivez participera volontiers à cet évènement d’autant plus qu’à l’époque du démantèlement de l’usine en 2003, l’idée de conserver des vestiges de cette aventure industrielle presque centenaire n’avait pas été retenue. Fondée par la Compagnie des mines de Drocourt dans l’entre-deux-guerres, nationalisée à la Libération, la cokerie aurait employ

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous