© Jeanne Menjoulet/Flickr CC-BY 2.0
17 octobre 1961

Un crime d’État et une zone d’ombre de notre récit national

par Philippe Allienne
Publié le 15 octobre 2021 à 12:28

Il y a 60 ans, le 17 octobre 1961, a eu lieu à Paris la répression policière la plus meurtrière en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Bizarrement pourtant, la mémoire collective met plus souvent en avant la tuerie du métro Charonne, intervenue 4 mois plus tard, le 7 février 1962.

Dans les jours, puis les mois et les années qui suivirent le massacre du 17 octobre 1961, on ne parla que de quelques morts. Plus exactement, la préfecture de Paris, dirigée par Maurice Papon, a concédé trois morts dont un Européen et deux Algériens. Un peu plus tard, on parlera de six morts au total. Aujourd’hui, le bilan est toujours difficile à établir : 100, ou plutôt 200, voire davantage, personnes tuées par la police parisienne.
Pour comprendre l’ampleur de la violence et

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous