Haut lieu de la mémoire nationale minorée par la République

Vers une valorisation du Mur des Fusillés ?

Publié le 16 octobre 2020 à 12:01

Interpellées à de multiples reprises par le PCF de l’Arrageois, la communauté urbaine d’Arras (CUA) et la municipalité envisageraient une valorisation du Mur des Fusillés. Ici, au cœur de la citadelle, est entretenu le souvenir des 218 résistants de toutes nationalités qui y furent fusillés d’août 1941 à juillet 1944 par l’occupant allemand.

Il s’agissait, pour une majorité d’entre eux, de prolétaires. Car comme l’a soutenu François Mauriac, « seule la classe ouvrière est restée dans sa masse fidèle à la patrie profanée ». Lors du colloque « Arras pour la Paix » de novembre 2019, l’historien Yves Le Maner avait rappelé à ses hôtes que le Mur des Fusillés constituait un haut lieu de la mémoire nationale de la Seconde Guerre mondiale au même titre que le Mont Valérien ou Châteaubriant. Et donc « un atout » pour la commune. Il demeure cependant quasiment ignoré par l’Office de tourisme du

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Littérature Des ateliers d’écriture pour les 100 ans du PCF

Dans le cadre du centenaire du Parti communiste français, le collectif Culture de la Fédération du Nord a mis en place des ateliers d’écriture. Ils ont démarré en octobre et dureront jusqu’en mai 2021 avec une restitution prévue en juin. Liberté Hebdo, partenaire de l’opération, publiera régulièrement (...)

Mathieu Bayart La section de Douai en reconstruction

Élu secrétaire de la section de Douai et du Douaisis du PCF, Mathieu Bayart s’emploie à la reconstruction de cette section. « Nous nous approprions, dit-il, les gros dossiers qui concernent Douai et l’agglomération de 40 000 habitants. » Parmi les chantiers prioritaires : la construction d’un centre (...)

Arras Ne souriez pas, vous êtes filmée !

Sandrine R. est enseignante à l’université de Lille. Ce jour-là, elle voyage à bord du TER qui la ramène d’Arras où elle avait participé à une réunion. Portant le masque obligatoire, elle était occupée à consulter son smartphone quand quatre policiers s’approchent de son siège. L’un d’eux lui adresse un (...)

Lire aussi :