Droits réservés
Pourquoi faut-il un droit de mémoire ?

Une grève pas assez connue, pas assez reconnue, pas assez valorisée

Entretien avec Pierre Chéret

Publié le 11 juin 2021 à 12:52

Fils de résistant et déporté à Dachau/Allach, Pierre Chéret est président de l’ADIRP 62 de la Fédération nationale des déportés, internés, Résistants et patriotes (FNDIRP). Il explique l’importance du droit de mémoire.

  • Le 80-e- anniversaire de cette grève que l’on vient de commémorer a subi les contraintes sanitaires. Peut-on envisager qu’elle soit mise en lumière cette année ?
    C’est notre volonté ! D’autant que nombre d’organisations du monde combattant issues de la Résistance et de la déportation avaient envisagé, avant la crise sanitaire et en coopération avec la municipalité de Montigny-en-Gohelle, de travailler à un projet autour du lieu de commémoration du Puits du Dahomey. Ce projet a prévu la participation des collégiens de cette ville et de lycéens du lycée Pasteur d’Hénin-Beaumont. Il s’intègre par ailleurs sur un pro

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous