Le site du Camp des Milles a attiré 800 0000 visiteurs en dix ans. © Jacques Kmieciak
À Aix-en-Provence

Le Camp des Milles ou quand l’Histoire alerte le présent

par JACQUES KMIECIAK
Publié le 6 janvier 2023 à 15:55

Au cœur de la Provence, le Camp des Milles est le seul grand camp français d’internement et de déportation encore intact. Inauguré en 2012, ce « lieu de commémoration et de transmission », selon Emmanuel Macron présent sur place en décembre dernier pour son 10e anniversaire, a déjà attiré 800 000 visiteurs.

C’est en septembre 1939, à la déclaration de guerre, que la IIIe République décide d’incarcérer dans cette tuilerie désaffectée d’un bourg à l’écart d’Aix-en-Provence des ressortissants d’origine allemande ou autrichienne appréhendés comme de potentiels « sujets ennemis ». Le hic, c’est que bon nombre d’entre eux sont des réfugiés hostiles au IIIe Reich à l’instar du peintre et sculpteur Max Ernst, figure du mouvement surréaliste. 700 d’entre eux auraient

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous