Au "temps béni" de la collaboration

Mineurs, polonais et pronazis

par Jacques Kmieciak
Publié le 25 avril 2020 à 14:43 Mise à jour le 9 février 2021

Lorsqu’en juin 1940, le IIIe Reich place le Nord-Pas-de-Calais en « zone interdite » directement rattachée au commandement militaire de Bruxelles, les Polonais constituent encore un tiers des effectifs des Houillères. La Pologne désormais rayée de la
carte, ces 42 000 mineurs de charbon sont devenus des « sans État » (« Staatenlos »).
Pour l’historien Étienne Dejonghe, les nazis constatent alors « le désarroi d’une colonie, non encore assimilée, dont la plupart des

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous