Accueil  >  idées

Vendredi noir

Publié le 27 novembre 2020 à 10:39

Le gouvernement a remporté une victoire éclatante contre Amazon la semaine dernière... Ils ont récupéré les impôts impayés de ce géant du numérique ?

Non non, ne rêvez pas... ils ont obtenu que le « Black Friday [1] » soit annulé... non non, ne rêvez pas, mais simplement reporté, on parle du 4 décembre. Il se dit que Bruno Le Maire a fait capituler Jeff Bezos, PDG d’Amazon, l’homme le plus riche du monde. Tout ça, c’est du vent ! De quoi s’agit-il ? Curieux comme l’expression « Black Friday » en anglais puisse susciter autant d’enthousiasme, alors que sa version française « vendredi noir » pourrait nous filer le bourdon ! Ce fameux « Black Friday » prendrait ses origines dans la journée du 24 septembre 1869 aux États-Unis.

Ce jour-là marque l’effondrement des cours de l’or. Deux financiers de Wall Street, Jay Gould et Jim Fish, s’étaient organisés pour acheter un maximum d’or afin d’en faire monter les cours et le revendre ensuite. Exemple classique de spéculation.Par ailleurs, cette journée marque le début de la période des achats de Noël, les commerces organisent donc des soldes pour attirer le chaland, une espèce de braderie géante mais sans les moules-frites.

Ce concept fut importé en France il y a quelques années (comme Halloween...) et évidemment, dans le contexte de pandémie et de fermeture des commerces de proximité, Amazon a toutes les chances de rafler la mise... d’où ces réactions légitimes des commerçants concernés. Le chevalier Le Maire a donc revêtu son armure, empoigné son épée, enfourché son blanc destrier et porté l’assaut contre Amazon. Et obtenu donc... le report du « Black Friday » ! Quel exploit ! Il ne s’agit pas ici de revenir au Moyen Âge, de refuser le progrès, il s’agit de le réguler, de le contrôler, de l’imposer (fiscalement j’entends). Mettons le numérique au service du bien commun et menons les bons combats, toujours au nom de l’intérêt général.

Notes :

[1Vendredi noir ou vendredi fou : événement commercial importé des États-Unis et du Canada, organisé le vendredi suivant la fête de Thanksgiving et marquant le coup d’envoi de la période des achats de Noël.

Ces articles peuvent vous interesser :

La chronique d’Éric Bocquet Sénat intra-muros

La saison budgétaire est engagée au Sénat. Ce mardi après-midi, nous voterons sur le budget de la Sécurité sociale, notre groupe votera contre, il ne permettra pas de redonner aux hôpitaux et à leurs personnels les moyens d’assumer leur si précieuse mission. Hier, lundi, nous avons examiné le (...)

Le Talon de Fer Le guignol préfaciste

Je comprends tout à fait que l’on puisse être conservateur, en France, comme en Amérique (je ne suis pas certain que le conservateur puisse comprendre qu’on soit communiste mais ce n’est pas là mon propos).
Je comprends donc tout à fait qu’on puisse être Républicain. Une fois qu’on en a (...)

culture La chasse, oui, les livres, non !

Les conditions de ce reconfinement ne cessent de nous étonner. En pleine saison de chasse, le gouvernement a décidé d’autoriser des dérogations de déplacement pour que les chasseurs puissent continuer à exercer cette activité « essentielle ». En revanche, quand les libraires et leurs syndicats (...)

Paris Roland Garros nous fait les poches

À peine le tournoi de Roland-Garros terminé, les organisateurs ont annoncé que, pour la première fois, il faudra payer pour voir la retransmission de certains matchs l’année prochaine. Diffusées le soir, les fameuses « night sessions », seront diffusées non pas sur les chaînes publiques du groupe France (...)

Lire aussi :