Accueil  >  Idées  >  L’édito

Ensemble contre un projet injuste

par Philippe Allienne
Publié le 13 janvier 2023 à 11:05

La réforme proposée par le gouvernement est profondément injuste. En jouant sur l’âge de départ en retraite (et en faisant au passage plaisir à la droite LR), elle arnaque les salariés et particulièrement les salariés les plus pauvres et les plus exposés aux métiers pénibles. Cela a d’ailleurs été dit et répété explicitement ces derniers jours, autour des micros des radios ou des télévisions : ce ne sont pas celles et ceux qui ont un poste plutôt « confortable », dans un bureau le plus souvent, qui pâtiront le plus du texte. Ce seront bien les moins payés pour des tâches ardues, pénibles et usantes. Pour les carrières longues, le fait d’avoir commencé à travailler à 15 ans (en fait avant 20 ans si l’on tient compte du début d’application de la réforme), l’arnaque est tout aussi abjecte. Il ne s’agit plus d’une question d’âge de départ, mais d’un nombre d’annuités dont il faudra se prévaloir. Et gare et à celles et ceux qui auront connu les affres du chômage : six mois, un an, plusieurs années avec des petits boulots... ?
Oui. Cette réforme est injuste. C’est une réforme idéologique qui ne repose pas sur des arguments tangibles, économiques. Il faut la contrer. Pour cela, il importe que nous nous mobilisions. Dans la rue d’abord, ce 19 janvier. C’est le moment ou jamais quand on sait que huit centrales syndicales défileront ensemble. Du jamais vu depuis longtemps. Et cela arrive alors que 68 à 80 % des Français se déclarent opposés à cette réforme.
Cette mobilisation sera-t-elle suffisante pour faire reculer le gouvernement ? Retrouvera-t-on l’ampleur du mouvement de 1995 qui a fait plier le gouvernement Juppé ? Nous voulons y croire.
Mais à cette unité syndicale, il faut aussi pouvoir compter sur l’unité des forces de gauche et écologistes. Dès ce mardi 17 janvier, un grand meeting est organisé à l’initiative de Fabien Roussel, à Paris (Gymnase Japy), pour expliquer et démontrer la brutalité du projet et pour lancer une grande campagne dans tout le pays en multipliant les initiatives communes. Le but : porter le projet du PCF d’une bonne retraite pour toutes et tous avec un départ à 60 ans à taux plein avec une prise en charge des cotisations pour les périodes de non-travail.
Une autre arme ne doit pas être laissée pour compte : celle du référendum populaire lancée par le secrétaire national du PCF. Aucun moyen ne sera en effet de trop. Dans l’hémicycle, le gouvernement sait pouvoir compter sur ses alliés circonstanciels. Sinon, il lui reste le 49.3 ou un moyen détourné pour faire passer son projet. Pour le peuple, celui du travail, celui qui construit, celui qui souffre parce que le travail lui a été retiré, il est temps de se retrouver - tous ensemble - pour dire NON à l’ignominie de cette droite affreusement bourgeoise, qu’elle se nomme « macroniste », « républicaine » façon LR ou autre et de toute façon anti-peuple.