L’ISF est-il vraiment mort et enterré ?

par ERIC BOCQUET
Publié le 26 juillet 2019 à 12:53 | Mise à jour le 25 juillet 2019

On connaît le fossoyeur de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), Emmanuel Macron, et l’entreprise de pompes funèbres également, La République en marche. Le débat n’a pas quitté les ronds-points et les manifestations du samedi, depuis novembre. Jupiter a tranché, mais je ne suis pas sûr du tout que la question ne ressurgisse pas dans les prochains mois et prochaines années.

Il est évidemment un peu trop tôt pour faire le bilan de cette décision idéologique en termes de ruissellement et de dynamisme économique. Toutefois, un article du dernier Challenges, évoqué ici même il y a quelque temps, nous donne déjà quelques précieuses premières tendances. Un rapport d’étape sera fourni au Parlement avant l’examen du projet de budget pour 2020. On sait déjà que les dons caritatifs, jusqu’alors défiscalisés, ont chuté de moitié (moins 150 million

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Ah les belles carrières...

ll y a une expression qui m’insupporte particulièrement dans les commentaires de très nombreux journalistes, c’est celle-ci : « le personnel politique. » Comme si, étant élu, vous deveniez ipso facto l’agent zélé, docile et évidemment bien rémunéré de je-ne-sais-quelle entreprise. Pour nous, le mandat (...)

Inquiétude au sommet

Petit retour en arrière sur le récent rapport publié par l’ONG Oxfam sur l’état des inégalités dans le monde.

On a beau être conscient de cette réalité, les chiffres publiés chaque année nous donnent le vertige et décuplent notre indignation et donc notre volonté de nous battre pour changer cette société (...)

Les luttes fécondes...

Nous vivons une époque formdable. Le mouvement social, qui ne meurt pas mais change de forme au fil des semaines, nous offre des moments incroyables

D’abord, il s’est inscrit dans la durée et s’enracine dans les profondeurs de l’histoire sociale et politique de ce pays. La durée : imaginons un (...)

A la Une :

Lire aussi :