Marianne décapitée, au nom de qui ?

Publié le 23 octobre 2020 à 11:06

Il n’y a pas de mots pour décrire l’assassinat de notre concitoyen Samuel Paty la semaine dernière. « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » disait Albert Camus. On cherche : horreur, abjection, abomination, effroi, atrocité, monstruosité... Choc terrible en apprenant cette nouvelle le vendredi 16 octobre en fin de journée. On pense immédiatement à ses proches, aux élèves qu’il venait de quitter, à toute la communauté éducative, à toute la République à nouveau touchée en plein cœur. L’école, lieu sanct

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

La chronique d’Éric Bocquet Sénat intra-muros

La saison budgétaire est engagée au Sénat. Ce mardi après-midi, nous voterons sur le budget de la Sécurité sociale, notre groupe votera contre, il ne permettra pas de redonner aux hôpitaux et à leurs personnels les moyens d’assumer leur si précieuse mission. Hier, lundi, nous avons examiné le (...)

Covid-19 À quoi joue l’Éducation nationale ?

Fermeront, fermeront pas ? À l’heure où ces lignes étaient écrites, les lycéens et leurs professeurs étaient en attente de la décision du Conseil de défense qui devait décider de la fermeture ou non de leurs établissements. Les mesures annoncées une semaine plus tôt par le ministre de (...)

La chronique d’Éric Bocquet Technocratie... démocratie ?

On entend régulièrement dans les débats des gens mettre en cause la technocratie, les technocrates, les technos...
En cherchant dans le Grand Robert (cher au regretté Alain Rey) la définition du mot technocratie, on lit ceci : « Exercice, dans le domaine de l’économie, de l’industrie et du (...)

hommage Jean Jaurès censuré

Belle initiative que celle du ministère de l’Éducation nationale de proposer à ses professeurs de lire la lettre de Jean Jaurès aux enseignants lors de l’hommage à Samuel Paty organisé ce lundi 2 novembre. C’était sans compter la petite touche du ministère qui a jugé bon de supprimer un (...)

Lire aussi :