Tango au paradis fiscal

par ERIC BOCQUET
Publié le 30 avril 2020 à 10:24

Lors du débat la semaine dernière au Sénat sur le projet de loi de finances rectificative, il y eut un moment particulièrement intéressant sur un amendement.

Le groupe CRCE [1] l’avait déposé ainsi que le groupe centriste et le groupe des Indépendants. Cet amendement proposait qu’aucune aide publique ne soit accordée à des entreprises ayant des liens avec les paradis fiscaux. Évidemment, une telle disposition ne concernerait pas le plombier du coin ou l’épicier du quartier mais davantage les multinationales et les groupes du CAC 40. Par ailleurs, la liste française des paradis fiscaux est tellement maigre et ridicule que peu de territoir

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1Groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste