« Zemmour est arrivé–é–é »

par ERIC BOCQUET
Publié le 24 septembre 2021 à 11:24

On se souvient sans doute de cette chanson drôle du regretté Henri Salvador, « Zorro est arrivé », celle-là nous faisait rire au moins.
Nous assistons depuis la rentrée à une campagne de promotion de ce sinistre chroniqueur, polémiste patenté Éric Zemmour. (Comme il le conseille aux « Français de souche », je vais peut-être décider de changer de prénom…)
Voici donc un individu, journaliste le mieux payé en France, aux revenus confortables, pour distiller sa haine, qui s’interroge pour être candidat à la présidentielle de 2022. Il perçoit un salaire de 9 700 euros par mois pour publier dans Le Figaro son billet de 2 000 signes, par exemple.
Ce personnage a fait l’objet de multiples condamnations pour « provocation à la discrimination raciale », qu’on en juge, il avait qualifié les mineurs isolés de voleurs, assassins et violeurs… il a plagié Trump ! Sur les contrôles au faciès, à propos des « Noirs et des Arabes », il dit ceci : « Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait. » Sic. Condamné.
Au lendemain des élections en juin dernier, je me souviens de cette journée à Paris lorsque je découvris ébahi des centaines d’affiches collées en une nuit avec la photo de « Z », et cette simple formule : « Zemmour Président. » Qui a collé ? Qui a financé ? Qui a organisé ? Questions en suspens. Le système a cette capacité à créer et promouvoir des candidatures, c’est du déjà-vu.
Alors Zemmour fait la promotion de son livre, il cause, il tourne en France, tapis rouge pour la haine… Il hésite, il réfléchit, il prend le pouls du pays… blablabla et en attendant il répand sa bile, son fiel sur toutes les antennes… condamné le Monsieur !
Il y a quelques jours, il déclare ceci : « La situation est bloquée, il faut donc une candidature qui prenne à la fois à l’électorat LR et à l’électorat du RN. Je suis le seul. »
Je ne sais pas à qui pourrait profiter cette opération, ce que l’on sait, c’est qu’elle nourrit les pires dérives, elle est grosse de dangers pour la démocratie et la République. Évitons ce piège, combattons ce mal, menons la campagne sur les vrais sujets.
« Un cavalier qui surgit hors de la nuit, court vers l’aventure au galop, son nom il le signe à la pointe de l’épée, d’un Z qui veut dire Zorro… » Nostalgie !