Balance ton port !

par Lydie LYMER
Publié le 11 novembre 2022 à 16:49

Aquarius a secouru 30 000 migrants en deux ans et demi. En 2019, Ocean Viking lui succède.
Le bateau de sauvetage des ONG SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières tourne depuis le 20 octobre sur la Méditerranée comme un poisson dans son bocal.
A son bord, 234 personnes dont 52 mineurs. Des rescapés présentant « des signes de torture, de violence sexuelle et d’abus suite à leur séjour en Lybie », indiquent les ONG.
Le navire a jeté l’ancre à l’Assemblée Nationale et l’encre sur le papier le 3 novembre.
Lors d’une séance de questions au gouvernement, l’intervention d’un député Insoumis sur le sort des réfugiés est ponctuée d’une sortie à caractère raciste des bancs du Rassemblement National.
La séance est suspendue. Le député Insoumis dénonce la honte des propos qui insultent à travers lui «  toutes les personnes en France qui ont cette couleur de peau ».

Jean-Luc Mélenchon exige « la déchéance et l’exclusion de l’injurieur ». Une manifestation a lieu en soutien à l’élu attaqué.
La majorité présidentielle réclame la sanction «  la plus lourde possible ». « Le racisme n’a pas sa place dans notre démocratie  ». On est bien d’accord.
Mais pendant que les propos xénophobes intolérables monopolisent l’attention de tout le monde, personne ne parle du bateau.
Gérald Darmanin qui affirme que « nul ne peut ceindre l’écharpe tricolore après avoir tenu de tels propos  » déclare parallèlement que « quand un bateau demande à accoster avec des naufragés à bord, c’est le port le plus sûr le plus proche qui doit l’accueillir, en l’occurrence l’Italie. »
Rome a accepté que Humanity 1, ayant recueilli 179 naufragés, ne débarquent que les enfants et les malades avant de reprendre le large. Ocean Viking transporte aussi des passagers dont la santé précaire est altérée par les privations de nourriture.
Plus de 3200 personnes ont disparu en Méditerranée en 2021. Deux fois plus qu’en 2020. Des gens fuyant les conflits, la persécution, meurent en tentant de survivre.
Il est urgent de définir des lieux sûrs où la vie et les droits fondamentaux des réfugiés seront respectés. Urgent d’œuvrer pour la Paix. Seule la sécurité des populations pourra mettre un terme au drame humain qui se déroule dans les eaux territoriales européennes.