Opération « Hackers ouverts »

par Lydie LYMER
Publié le 26 août 2022 à 18:19

Dans le cadre de la loi Buzyn, le Health Data Hub a été lancé en novembre 2019 pour centraliser un vaste ensemble de données du système de santé.
Cette plateforme Cette plateforme numérique suscitait la polémique, d’autant qu’elle était hébergée sur le serveur américain Microsoft Azure. Puis le Covid est arrivé, et avec lui, l’essor de la télémédecine.
L’assurance maladie propose depuis début 2022 un « espace santé numérique  » permettant à l’assuré d’y stocker toutes ses données médicales. Le Syndicat de Médecine Générale alerte depuis plusieurs mois sur « les conséquences de cet usage de l’informatique contraire à toute éthique de santé, où le secret médical n’existera plus ».

Depuis deux ans, le secteur hospitalier est régulièrement la cible d’attaques informatiques.
La modernisation du système de santé ouvre une voie royale aux hackers. Ils peuvent s’introduire dans tous les services, du laboratoire à l’imagerie en passant par le bloc opératoire où les interventions sont télé-assistées. La technologie sans fil multiplie les objets connectés, totalement cyber-vulnérables.
Le piratage des données de santé dématérialisées est un jackpot en puissance. Un dossier médical se négocie jusqu’à 300 € sur le darknet. La valeur du butin français était estimée à six milliards d’euros en 2021.
Récemment, le centre hospitalier de Corbeil Essonnes a subi une cyberattaque. Les données médicales ont été prises en otages. L’établissement a fait savoir qu’il ne paierait pas la rançon de 10 millions d’euros. Qui pourrait être intéressé ? Un chef d’entreprise souhaitant avoir le profil médical d’un candidat ? Un assureur avant de conclure un contrat ? Une banque avant d’accepter un prêt ?
La question mérite d’être posée.
« Dotée de 670 millions d’euros », la stratégie d’accélération « santé numérique » du gouvernement devrait permettre à la France de « s’imposer sur un marché mondial compétitif  ». Le maillage « d’entrepôt des données de santé » devra s’articuler avec ? Oui : le Health Data Hub.
Et qui la commission européenne a-t-elle sélectionné pour construire l’espace européen des données de santé qu’elle à cœur ? Mais si : le Health Data Hub ! Avec un H qui veut dire Hacker. Du pain béni pour les cyber-criminels.