Carlos Ghosn, Le Monde, Les Échos et Balzac…

Publié le 3 janvier 2020 à 13:34

"Après plus d’un an de poursuites judiciaires, Carlos Ghosn choisit de fuir le Japon pour se défendre". Quel beau titre que celui du Monde numérique. Il nous dit la manière dont il faut apprécier l’homme et ses derniers actes. Ainsi, selon Le Monde, Carlos Ghosn a choisi de fuir, ce qui le distingue du commun des justiciables incapables de « choisir » son sort judiciaire et s’échapper en utilisant un avion privé. Mais nous précise Le Monde, s’il fuit, c’est pour la bonne cause : «  se défendre ». Enfumage. En réalité, c’est pour ne pas avoir à se défendre des accusations dont il est l’objet au Japon que l’ancien patron de Renault-Nissan s’est débiné.

Il faut rappeler que Carlos Ghosn est inculpé de multiples malversations et détournements de fonds. Cela va de la dissimulation de revenus à hauteur de 127 millions d’euros (un chiffre confirmé par le gendarme américain de la Bourse qui a enquêté de son côté), à l’abus de bien social, comme le règlement par Renault et une filiale hollandaise de la facture de 650 000 euros pour son mariage au château de Versailles en présence de 200 invités, l’achat d’un yacht, le versement

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Armentières Grève contre le PSE de Griss Emerson

La plupart des 192 salariés de l’usine Griss Emerson, à Armentières, étaient en grève ce mercredi 9 décembre. Ils protestaient contre la suppression de 80 emplois (40 % de l’effectif). La direction a refusé une proposition de l’intersyndicale CFDT-FO-CGT qui permettrait de sauvegarder 25 postes en (...)

Point de vue Alerte pour les jeunes de moins de 25 ans

« ll n’y aura pas de RSA pour les moins de 25 ans », a rappelé le gouvernement, par la voix de son Premier ministre, Jean Castex.Étendre le revenu de solidarité active aux 800 000 jeunes sans formation ni emploi équivaudrait à moins de 5 milliards d’euros. Cette information est à mettre en (...)

Lire aussi :