La vache folle, le CETA et le réel présidentiel...

par ANDRE CICCODICOLA
Publié le 26 juillet 2019 à 12:53

Merci Monsieur le Président, merci Monsieur le Premier ministre, merci mesdames et messieurs les Députés de la République en marche, avec vous, la santé publique va faire un grand bond... en arrière.

En paraphant l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA) ces belles dames et ces beaux messieurs, amateurs de grands crus et de homards géants, ont donné accès aux étals des supermarchés et à nos assiettes au bœuf
bon marché nourri aux farines animales.

Or, nous savons depuis 1920 que ce mode d’alimentation provoque la maladie de Creutzfeld-Jacob aussi appelée maladie de
la vache folle. Comme l’indique le dictionnaire médical, il s’agit d’une dégénérescence du système nerveux central.
« Cette affection engendre des troubles de l’équilibre et de la sensibilité, puis une démence. L’issue est systématiquement
fatale ».

Cette maladie de la vache folle est

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous