Le 28 juin sera un bon jour…

Publié le 5 juin 2020 à 09:24 | Mise à jour le 4 juin 2020

(Photo Dmitry Avdeev)

Le projet de privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) a disparu des radars. Le ministre Bruno Le Maire, qui s’était fait le héraut de cette croisade pour les dénationalisations, ne pipe plus mot. La raison de ce silence est fort simple. La crise du coronavirus a mis un coup d’arrêt brutal aux activités aéronautiques et aéroportuaires. La plateforme d’Orly a cessé toute trafic. Du jamais vu en 60 ans d’activité commerciale ! Quant à celle de Roissy, elle est un devenue un th

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Environnement Les beaux discours de Macron

Après des mois de travail, 150 citoyens mobilisés sur leur temps personnel, l’audit de dizaines d’experts et 149 mesures adoptées après des dizaines d’heures de débat démocratique, les efforts des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat sont balayés d’un revers de la manche par (...)

Spécial Habitat Le Mouvement HLM déstabilisé

Les bailleurs sociaux et les organisations de locataires attendaient sans doute avec impatience la tenue du 81ème congrès HLM qui était programmé à Bordeaux du 22 au 24 septembre. Rendez-vous manqué pour cause de Covid.C’est la première fois que ce rendez-vous ne peut se tenir. Cette annulation est (...)

Reconfinement Macron n’a pas tout dit...

« 69 854 nouveaux cas de Covid-19 ont été notifiés à Santé publique France ces dernières 24 heures (soit 1 235 132 cas confirmés depuis mars). 35 785 décès ont été comptabilisés depuis mars (dont 11 361 dans les Ehpad). 275 personnes en réanimation ces dernières 24h. » Voilà quelques uns des chiffres que (...)

PCF Le temps d’avant à défaut du temps d’avance

Réagissant à l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron, le secrétaire général du PCF, Fabien Roussel, plaide pour « la santé d’abord » et déplore l’aspect pédagogique de l’intervention présidentielle. « Ce n’est pas de pédagogie dont nous avons besoin, mais d’actes. » Sous-entendu, ces actes viennent trop tard et (...)

Lire aussi :