« Si tu es un journaliste libre, ta place est en prison ! »

par Philippe Allienne
Publié le 26 février 2021 à 11:19

La phrase est glaçante. Elle a été prononcée par le journaliste Khaled Drareni au micro de Radio France au lendemain de sa libération de prison, en Algérie. Arrêté parce qu’il filmait le mouvement populaire « Hirak », l’an dernier, il aura passé onze mois derrière les barreaux. Cela peut sembler étonnant dans un pays où, en principe, la loi ne permet pas d’emprisonner des journalistes. Mais on sait qu’un pouvoir qui se sent menacé par la liberté d’une expression ne recule

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous