Un été en poésie (2)

Publié le 9 juillet 2020 à 19:01

Marx à Ericeira


Marx
La mer est bleue comme jamais à Ericeira
Onde o mar é mais azul
Sur le panneau en azulejos
Et ta théorie de la valeur
Se vérifie quand je commande mon imperial
À la terrasse d’un bar des Furnas
Marx
La mer est à cinq ou six mètres
C’est à Ericeira que la famille royale portugaise
Embarqua le 2 octobre 1910
Pour un exil définitif
Et que le Portugal entrait dans la révolution
Industrielle
Confirmant encore une fois ton
Manifeste
C’est la bourgeois

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Un été en poésie (5)

Quand les temps sont difficiles Et Mars frisquet Rendez-vous au centre du monde En face de la gare d’Arras Entrez au Carnot Hésitez entre le petit salé Le potjevleesch Les harengs fumés La poule au pot L’andouillette au maroilles Buvez de la Page 24 triple À la pression Regardez le ciel des (...)

Un été en poésie (3)

Supplément à un poème de Wang Wei
On suivra tous les nuages blancs hauts dans le bleu Ceux dont parle Wang Wei Dans un poème que je ne peux plus oublier Parce qu’il dit la liberté errante L’effacement heureux
Et l’on boira enfin avec Wang Wei Le vin du repos et de la mémoire Dans le temps (...)

L’été en poésie (1)

Respirons un peu. L’actualité ne nous aura pas épargnés. Je vous propose, pour l’été, de la poésie. Certains poèmes appartiendront à des recueils déjà parus. D’autres seront des inédits dont vous serez les premiers lecteurs. Comme celui ci-dessous, né dans les lacrymogènes de la lutte contre la (...)

Une seule image

C’est tout de même revenu très vite, les vilaines habitudes du pouvoir. Nous ne sommes même pas totalement déconfinés que le macronisme reprend la main pour mieux gifler ceux qu’il fallait applaudir, la bonne conscience en bandoulière alors que les soignants criaient dans le désert sur la (...)

La statue de Colbert

Nous sortons à peine d’une pandémie qui a révélé les pires inégalités sociales et a montré à quel point notre société était injuste et notre monde fragile
Alors que le virus mettait la planète à l’arrêt, sauf à être extrêmement naïf, il était évident que le capitalisme ne dormait que d’un (...)

A la Une :

Formule estivale L’été en Liberté

À compter du 10 juillet, votre hebdomadaire vous propose quatre pages estivales consacrées au tourisme régional en Hauts-de-France, au sport, à la lecture et, de manière plus générale, aux loisirs pour toutes et tous. Liberté Hebdo ne fait donc pas de cure d’amaigrissement et garde ses vingt pages. (...)

Lire aussi :