Quand l’Intérieur tire un coup

Publié le 26 mars 2021 à 10:14

Au fur et à mesure de l’évolution de la pandémie, le patron de l’Élysée et le gouvernement se prennent une volée de reproches de plus en plus verts. Le qualificatif « vert » est évidemment ici utilisé au sens de « sévère ». Il leur est le plus généralement reproché leur sens brouillon de l’improvisation, de l’impréparation, de l’absence de prévoyance. Le jugement est profondément injuste. Il est grandement temps de prendre la défense d’Emmanuel Macron et de ses ministres.
Non, ce gouvernement n’est pas imprévoyant. Non, ce gouvernement n’est pas irresponsable. Non, ce gouvernement n’est pas atteint d’un quelconque syndrome d’amateurisme. Emmanuel Macron et son chef de la police savent que l’heure est grave. Ils ont bien conscience du danger imminent qui menace notre République. Contrairement à ce que nous pensons trop souvent, ils se préparent au pire. Voilà pourquoi ils commandent de très importantes doses afin d’être à même de lutter contre le mal du pays.
Pour le savoir, il faut lire les bonnes publications. Celles qui, par nature, ne peuvent relayer la moindre fausse nouvelle dont l’objectif est de nous égarer, de nous manipuler. Il nous faut ici recommander la lecture du BOAMP. Ce n’est pas disponible chez vos marchands de journaux, mais c’est consultable sur internet, point fr de rigueur. Il s’agit du Bulletin officiel des annonces de marchés publics. C’est édité par la République française et on y trouve des tas d’appels d’offres.
Celui qui retient notre attention, ce mois-ci, publie un avis daté du 12 mars dernier et qui porte sur un marché non renouvelable. Un marché « one shot », qui ne tire qu’un coup si l’on peut se permettre. « Description succincte » de cet appel à la concurrence, peut-on découvrir dans le BOAMP : « Fourniture de munitions cinétiques de défense unique de calibre 40 mm au profit des forces de sécurité intérieure. » Et intitulé : « Munitions de défense unique (MDU). » Les offres doivent être adressées sous pli fermé et de manière très confidentielle à l’adresse suivante : Ministère de l’Intérieur (immeuble Garance/Sailmi/Sdasel/Bmem), place Beauvau, 75800 Paris Cedex 08. Contact : 01 86 21 60 47 / 01 86 21 61 46.
Destinés à la police nationale et à la gendarmerie, ces munitions sont en fait des balles pour fusils multi-coups et autres LBD, celles-là mêmes qui ont blessé à la tête 2 200 personnes lors des manifestations anté-Covid et en ont éborgnées une bonne vingtaine. 170 000 balles. Cela représente un nombre important de vaccins anti-manifestants. En 2018, année de répression plutôt forte contre les Gilets jaunes, le gouvernement avait déclaré un peu plus de 19 000 munitions tirées. En 2016, une commande semblable avait porté sur 115 000 munitions. Depuis l’arrivée de Macron, les balles se vendent mieux, bien mieux. Que craint le gouvernement, un an avant la présidentielle ? Peut-être, en cas de départ de l’Élysée, le pouvoir actuel ne veut-il pas être accusé de n’avoir pas prévu les stocks nécessaires à la bonne marche du pays.