Pour vaincre la misère et l’ombre

par Philippe Allienne
Publié le 30 novembre 2018

Il n’y a pas de mal à se faire plaisir. Face au rouleau compresseur du macronisme et à la politique menée par le gouvernement Philippe, nous aurions tort de croire qu’il n’y a plus rien à faire. Tort de penser que, de toute façon, la volonté libérale du chef de l’État et de son équipe ne peut admettre aucune critique, aucune opposition.

La séquence des gilets jaunes qui vient de s’ouvrir a le mérite de placer le gouvernement devant ses contradictions et sa méthode manipulatoire. Le discours d’Emmanuel Macron, avant la présentation du plan pluriannuel de l’énergie, n’a pas convaincu. Il a montré son incapacité à entendre la colère sociale. L’écologie a bon dos pour imposer une hausse des prix du carburant alors que l’on s’évertue à préserver les plus riches et leur recherche du profit. Le capital passe avant l’inté

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :