Le jour où Jean Genet est mort à la place d’Édouard Balladur

Publié le 28 septembre 2019 à 14:21

15 avril 1986. La droite a gagné les législatives de mars mais toutes les têtes de gauche ne sont pas tombées : Claude Sérillon présente le 20 h sur Antenne 2 -on dit aujourd’hui « France 2 »- et plus personne ne tient Sérillon pour quelqu’un de gauche. La musique du générique sonne comme les premières mesures de C’est comment qu’on freine, d’Alain Bashung, sur l’album Play blessures, en 1982. Première mesures utilisées par Serge Leroy dans le film Le Quatrième pouvoir, en 1985, comme générique d’un JT présenté par la troublante Nicole Garcia. Les titres. Sérillon débite.

« USA – Libye, l’escalade. Bombardement par l’aviation américaine ce matin à Benghazi. Action de légitime défense (lol) pour les États-Unis, désapprouvée par une partie des pays européens. La France a refusé le survol de son territoire par les bombardiers américains. Les Libyens ont attaqué des installations américaines près de la Sicile. Le colonel Kadhafi est vivant. Une demande de cessez-le feu libyenne serait formulée ». Si, si, on est bien en 1986. Où est-ce sur une carte « près de la Sicile » ? Et ces « installations près de la Sicile », des navires

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Et Giscard créa le Jeune

Sous ce titre, peu commun, Grégory Protche nous propose désormais un rendez-vous -tout aussi peu commun- avec la télévision d’hier. Éditeur, biographe, dictateur adjoint du Gri-Gri International et poseur de questions, ainsi qu’il se présente lui-même, le voici désormais chroniqueur pour Liberté Hebdo. (...)

A la Une :

Lire aussi :