© Mathieu Jiro et Thi Kim Thu

Après la mort de Bouteflika…

> Par Kamel BENCHEIKH, écrivain

Publié le 24 septembre 2021 à 14:44 Mise à jour le 25 septembre 2021

Pour donner l’impression d’être grand, vous n’avez pas hésité à rabaisser, autant que vous avez pu, l’Algérie. Aussi, vous vous êtes acharné à détruire le pays vingt années durant comme un enfant briserait un jouet dont il n’est pas content.
 Médiocre, disiez-vous… Jacques Vergès, que vous avez bien connu comme avocat du FLN, se qualifiait lui-même de salopard lumineux. Vous, Monsieur l’ex, vous n’êtes qu’un sombre sagouin qui s’est trompé de siècle, de peuple, de pays, d’avenir et de Dieu, avant de rater lamentablement votre dernière sortie.
J’aurais bien voulu vous dire adieu, mais là, en passant en revue ce désastre, le vôtre, je ne peux vous dire qu’une seule chose : au diable !
Mohamed Kacimi, Lettre à Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika a trusté le pouvoir de 1999 à 2019, un record de longévité en Algérie. Mais sa capitulation avait été spectaculaire en avril 2019 puisqu’il avait été contraint de quitter le pouvoir sous la pression des manifestants du Hirak et celle de l’armée alors qu’il avait affiché son souhait de briguer un cinquième mandat. C’était sa deuxième mort. Sa première mort, il l’a subie en 2013 à la suite d’un AVC. Terré dans une résidence médicalisée depuis s

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous