L’Algérie, deux ans après l’élan populaire du « Hirak »

Le pouvoir reste accroché à ses vieux réflexes

Publié le 29 janvier 2021 à 11:43

Malgré la pandémie, le mouvement populaire « Hirak » qui a soulevé le peuple algérien il y a deux ans, demeure. Mais le système qu’il combat pacifiquement persiste à user de sa méthode soixantenaire pour se maintenir.

Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien a décidé de reprendre en main son destin. La mobilisation populaire qui soulève l’Algérie n’est pas seulement une révolte contre des conditions de vie devenues inacceptables mais une révolte contre un système qui a tout broyé sur son passage (économie, histoire...) et anéanti toute forme d’opposition (associations, partis politiques, collectifs, syndicats...).
Ce mouvement a réuni autour lui différentes couches de la société av

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

CSLPA Lille Non au recyclage du système algérien !

S’ils se félicitent de la libération du journaliste Khaled Drareni, après 11 mois de détention, et de trente autres prisonniers politiques, les militants du Collectif de solidarité avec la lutte du peuple algérien (CSLPA) n’entendent pas baisser la garde. « Il reste encore de nombreux “otages” dans les (...)

A la Une :

Défusion ? Du divorce dans l’air à Bruay-La-Buissière

L’élection, cet été, à la tête de Bruay-La-Buissière de Ludovic Pajot (Rassemblement national) a tendu les relations entre Bruay et la commune associée de Labuissière au point qu’un nombre croissant de Labuissiérois envisagerait volontiers une défusion. Le mariage avait été célébré en 1987, du temps où (...)

Lire aussi :