Kamel Bencheikh. Illustration de Mathieu Jiro et Thi Kim Thu Grégo
À propos du voyage présidentiel en Algérie

Des points de vue irréconciliables et un engrenage infernal

par Kamel BENCHEIKH
Publié le 2 septembre 2022 à 14:57

Emmanuel Macron s’est rendu en Algérie en visite officielle du 25 au 27 août. Il faut rappeler que depuis quelques mois, les tensions entre la France et l’Algérie sont palpables, sur fond de passé colonial. Peut-on demander des comptes au nom du passé ? L’opinion de l’écrivain Kamel Bencheikh, qui « refuse d’être le dépositaire d’un quelconque héritage dans ce domaine  ».

La mémoire algérienne n’arrive pas à s’apaiser, même après soixante années d’une indépendance totale arrachée à l’ancienne puissance coloniale – soixante années, une vie d’un être humain ou presque. Cela fait des lustres que la rancœur et l’animosité font office, entre les deux pays, de lettres de créance.

Depuis quelques mois, la physionomie de ces relations a pris une tournure détestable. La controverse est repartie de plus belle. L’Algérie a, il y a quelques

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous