Situation insurrectionnelle au Mali

Massacres à Bamako

Par Bassirou Diarra*

Publié le 17 juillet 2020 à 15:28

Le président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), a déclenché vendredi 10 et samedi 11 juillet 2020, une violente répression contre les manifestants qui l’appellent à quitter le pouvoir. Bilan : une dizaine de morts, plus d’une centaine blessés, de nombreuses arrestations.
Élu en 2013 pour un premier mandat avec 77,78 % des voix, Ibrahim Boubacar Keïta a été plébiscité sur la base d’une promesse électorale : « Pour l’Honneur du Mali, Pour le Bonheur des Maliens, le Mali d’Abord. » Un slogan de campagne qui a tromp

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

élections La leçon américaine

Le clap de fin n’a pas encore mis un terme au mauvais feuilleton de l’élection présidentielle américaine. Donald Trump persiste à s’autoproclamer vainqueur, exacerbant ainsi les tensions. Pendant son mandat, il n’a cessé de diviser et hystériser le peuple américain. Les fausses promesses, les (...)

Lille Les Algériens commémorent le massacre du 17 octobre

Samedi 17 octobre, place de la République, le Collectif de soutien à la lutte du peuple algérien (CSLPA-Lille) a organisé un rassemblement et déposé une gerbe à la mémoire des cent victimes du massacre du 17 octobre 1961 à Paris. Des historiens britanniques parlent d’une « répression d’État la plus (...)

Philippe Allienne Un bon journaliste doit coucher

Gérald Darmanin vient de sortir le Kärcher contre les journalistes. De quoi s’agit-il ? Le Schéma national de maintien de l’ordre (le SNMO - rien que sigle fait peur), qui vient d’être rendu public par le ministère de l’Intérieur, ressemble à s’y méprendre à une interdiction faite aux (...)

Lire aussi :