Covid-19

À quoi joue l’Éducation nationale ?

Publié le 13 novembre 2020 à 12:23

Fermeront, fermeront pas ? À l’heure où ces lignes étaient écrites, les lycéens et leurs professeurs étaient en attente de la décision du Conseil de défense qui devait décider de la fermeture ou non de leurs établissements. Les mesures annoncées une semaine plus tôt par le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer étaient loin de satisfaire le corps enseignant. D’autant qu’elles oublient les collèges. Après un mouvement de grève observé mardi 10 novembre, un préavis court toujours jusqu’aux vacances de Noël.

Renforcement du protocole sanitaire et annulation des épreuves de contrôle continu prévues dans le cadre du bac nouvelle formule.C’est ce qu’avait annoncé le ministre face à l’aggravation de l’épidémie et aux revendications de enseignants qui se plaignent des mauvaises conditions (classes surchargées notamment et personnel insuffisant) empêchant de respecter les règles de distanciation.

Inquiétudes pour le bac

Selon la FSU, principale organisation d’une large intersyndicale qui a a

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Julien Quennesson, maire de Somain Service très volontaire

C’était l’une des bonnes nouvelles au soir du 28 juin 2020 : la ville de Somain demeure le gros bastion du Douaisis administré par un maire communiste. La liste d’union (PCF-PS-société civile) menée par Julien Quennesson est parvenue en tête. Mais pour la majorité municipale, le travail et les (...)

Lire aussi :